David Doillon : un diffuseur qui promeut l’édition engagée et indépendante

/, Evénements/David Doillon : un diffuseur qui promeut l’édition engagée et indépendante

David Doillon : un diffuseur qui promeut l’édition engagée et indépendante

David Doillon est un diffuseur et un éditeur investi dans la promotion de maisons d’édition engagées et indépendantes. Il leur permet d’être représentées dans les grandes surfaces spécialisées comme dans les librairies indépendantes. Avant sa venue pour la journée d’étude du 23 novembre 2018, nous revenons sur son parcours, sa vision de la profession et de son avenir.

David Doillon le parcours d’un diffuseur

Une formation réalisée avec le Master 2 Métiers du Livre de Dijon

Après un Master recherche en Espagnol, et quelques années en doctorat, à l’Université de Nancy, David Doillon a ensuite choisi de faire un Master 2 Métiers du Livre à l’Université de Dijon en 2008. Après quelques stages, il a l’opportunité, grâce à son réseau, de remplacer une représentante dans une petite structure de diffusion : Court-Circuit. Pour lui, « c’est un peu le hasard qui a fait les choses pour la partie diffusion », car il envisageait au départ de travailler dans l’édition indépendante. David Doillon a travaillé quatre ans dans cette structure avant que celle-ci ne mette la clef sous la porte. Souhaitant continuer le projet que Court-Circuit avait commencé et conserver les éditeurs qui en faisaient partie, il lance sa propre structure : Hobo Diffusion.

Une vision plutôt confiante de l’avenir du livre

David Doillon est conscient que les métiers du livre sont en pleine évolution mais il ne croit pas du tout à la mort du livre. Certes, il remarque que de nouvelles manières de consommation, comme l’achat en ligne, apparaissent et qu’Amazon occupe aujourd’hui une place non négligeable. Cependant il rappelle que d’autres annonces alarmistes ont été faites comme, par exemple, avec l’apparition des liseuses qui devaient révolutionner le monde du livre. Pour lui, les gens restent attachés au papier. Si certains secteurs risquent de connaître une évolution, voire risque de disparaître, il estime que ces problèmes concerneront plutôt les grands groupes présents sur le secteur du livre.

Pour David Doillon, les métiers du livre ont encore un bel avenir malgré les inévitables transformations qui les attendent, notamment avec la progression du numérique. En ce qui concerne sa profession, il n’est pas inquiet : « Tant qu’il y aura des libraires, il y aura des diffuseurs. » déclare-t-il.

Hobo Diffusion, Nada Éditions : les différentes fonctions de David Doillon

Hobo Diffusion existe depuis six ans. C’est une petite structure composée de deux associés et un salarié. Le projet de l’entreprise est de défendre un catalogue qui ne trouvait pas toujours de débouchés dans le circuit traditionnel du livre. Pour cela, l’entreprise travaille aussi bien avec des librairies indépendantes qu’avec des enseignes ou de plus grands groupes.

Hobo Diffusion représente une soixantaine d’éditeurs qui sont plutôt des structures associatives. Les plus gros éditeurs publient environ une dizaine de titres par an. Pour d’autres cela peut être un titre par an ou tous les deux ans. Ce qui représente environs deux cent nouveautés sur une année pour l’entreprise. Parmi les éditeurs diffusés sont présentes : les éditions Entremonde, Divergences, Niet !, Les Éditions du monde libertaire, le CMDE… Soit beaucoup de petits éditeurs essentiellement spécialisés dans tout ce qui touche à la critique sociale et à la contre-culture.

Parallèlement à son activité de diffuseur, David Doillon a crée, avec Rachel Viné-Krupa, une maison d’édition, Nada éditions, qui produit des essais, de la littérature et des romans graphiques. Sa diffusion est assurée par Hobo Diffusion.

Une politique de diffusion engagée

Hobo Diffusion possède un fonctionnement différent d’autres structures de diffusion. En effet, sans avoir une ligne très rigoriste l’entreprise représente des éditeurs avec lesquels elle se sent en accord de façon générale. Elle diffuse, par exemple, essentiellement des maisons d’édition plutôt à l’extrême gauche sur l’échiquier politique. À la différence d’autres structures de diffusion qui sélectionnent tout type d’éditeur et passent d’un livre de cuisine à un livre d’Histoire, c’est-à-dire à des thèmes qui n’ont pas vraiment de liens entre eux, Hobo Diffusion essaie de diffuser des idées, des réflexions, une vision du monde qu’elle a envie de partager.

Pour David Doillon, l’intérêt de cette démarche est d’avoir l’impression de faire une activité utile. C’est aussi d’essayer, à échelle de l’entreprise, de pouvoir proposer des alternatives. Cette activité professionnelle rejoint à la fois ses engagements personnels et sa façon de voir les choses.

L’activité de diffusion

La différence entre diffusion et distribution

Il existe souvent une confusion entre diffusion et distribution. La diffusion est la partie commerciale où des représentants vont proposer aux libraires les nouveautés à paraître chez leurs éditeurs associés en se servant du catalogue de titres qu’ils ont constitué. Le diffuseur est en liens avec l’éditeur, le distributeur et le libraire. Il permet à l’éditeur de faire connaître ses nouveautés aux surfaces de vente et au libraire de passer commande de ces titres.

La distribution est la partie logistique de l’acheminement des livres. Le distributeur partenaire de David Doillon, Makassar s’occupe par exemple du stockage des ouvrages, de leur envoi, de la facturation et de la gestion des stocks.

Les tâches quotidiennes du diffuseur

Une grande partie du travail du diffuseur est de rencontrer les libraires au cours de tournées. Ce sont les moments où le catalogue des nouveautés à paraître dans les trois à sept mois est présenté au libraire. Hobo Diffusion organise trois périodes de tournées annuelles, où tout leur réseau de librairie en France et en Belgique est visité, soit environ deux cent à deux cent cinquante librairies à chaque tournée. C’est un moment essentiel car c’est le premier contact du libraire avec les nouveautés.

La réalisation du catalogue nécessite au préalable de récupérer auprès de tous les éditeurs les informations sur les titres qu’ils vont publier. Il faut également que les ouvrages soient référencés dans un certain nombre de bases de données comme Dilicom ou Electre pour que les libraires puissent les commander et trouver leurs informations.

En tant que diffuseur, David Doillon est aussi amener à participer à des salons et à représenter les éditeurs qu’il diffuse lorsque ceux-ci ne peuvent être présents.

2018-12-12T14:53:12+00:0022/11/2018|Edition, Evénements|