Auteur, éditeur, libraire, Jean-Luc d’Asciano a vu tous ces métiers évoluer au cours des dernières années avec la montée du numérique. Cependant, il n’est pas réellement inquiet face à ce nouveau support, que certains autres voient d’un mauvais œil. Nous en avons discuté avec lui avant son intervention lors de la journée d’étude Les Liaisons généreuses : métiers du Livre, métiers d’avenir, organisée par le Master 2 Métiers du Livre de l’uB.

Une évolution mais pas une réelle concurrence

D’après ses expériences personnelles dans le monde du livre, J.-L. d’Asciano perçoit le livre dématérialisé comme une simple offre complémentaire du livre papier.

Un « boom » numérique qui n’a pas eu lieu

Comme il l’affirme, « pour l’instant, il ne se passe rien. » Le numérique, selon ce qu’il a lui-même observé, n’a donc pas eu l’impact tant attendu par ses créateurs et tant redouté des métiers traditionnels de la chaîne du livre. Le livre ne va donc pas disparaître, mais il pense que le changement va plutôt impacter la diversité de l’offre : « c’est plutôt le choix des titres qui va se réduire« , affirme-t-il. En effet, la facilité d’accès que représente le livre dématérialisé pourrait justifier que les livres grand public soient en priorité publiés en numérique ; dans ce cas l’offre papier concernerait des livres spécifiques et moins populaires, tels que les beaux livres par exemple. Or ces livres ne sont pas les principaux achats des lecteurs, et c’est en cela que le numérique peut impacter la chaîne du livre.

La réelle difficulté du monde du livre est financière

J.-L. d’Asciano observe que, si aujourd’hui le monde du livre a du mal à se tenir à flot, c’est plus un problème de moyens que de concurrence numérique. Il affirme qu’il est difficile de vivre dans cette filière car « les difficultés financières qui en découlent rendent les relations entre les différents partenaires plus difficiles. » Financer une impression, une diffusion, des services de presse, représentent beaucoup pour un éditeur, et ce n’est pas toujours évident de se maintenir à flot. L’œil d’or, sa maison d’édition,  a été créée en 1999 sous forme associative, et emploie deux personnes à temps plein : il ne pense pas qu’une maison puisse se créer ainsi aujourd’hui, car il serait trop difficile d’en assurer la survie.

Le numérique abordé lors d’une journée d’étude

Le Master 2 Métiers du Livre de l’uB organise une journée d’étude au cours de laquelle cette thématique sera débattue.

Une journée d’étude sur les métiers du livre à l’UB

Le 23 novembre 2018, sur le campus universitaire de Dijon, se tiendra une journée d’étude sur le thème des Métiers du Livre. Le but : présenter, découvrir, promouvoir les différents métiers liés au monde du livre. Il s’agira également de discuter des difficultés que peut rencontrer le domaine du livre aujourd’hui et des façons d’y contrer. Pour cela, des intervenants prendront la parole tout au long de la journée pour présenter leurs métiers et les évolutions que ceux-ci ont connues. Ils débattront de l’avenir des métiers du livre, des changements qu’ils connaissent ou auxquels ils devront faire face. L’occasion pour tous ceux qui gravitent de près ou de loin autour du monde du livre d’en découvrir plus sur les enjeux de cette filière et le futur qui se dessine pour elle.

Un modérateur aux multiples casquettes

J.-L. d’Asciano interviendra en tant que modérateur au cours de cette journée riche en débats. Son rôle consistera à fluidifier les discussions, à clarifier les termes techniques… En clair, à rendre accessibles ces discussions au plus grand nombre. Pour cela, il pense pouvoir s’appuyer sur ses multiples expériences dans le monde du livre : « [cela] devrait me permettre d’envisager plusieurs points de vue, de rester impartial« . En effet, ayant été diffuseur, et partageant son temps entre sa maison d’édition et sa librairie, il sera en mesure de cadrer les discussions entre les intervenants dont il connaîtra les métiers. Il sera à même de cibler les difficultés rencontrées par ces métiers et de les faire aborder par les intervenants.

Trouver des alternatives pour l’avenir du livre

Au cours de cette journée d’étude ne seront pas uniquement abordés les problèmes rencontrés par la filière du Livre : il existe des solutions pour les contrer et il s’agit d’en discuter. Les différents intervenants observent tous une évolution des métiers, et il s’agit de voir comment cette évolution peut être contrôlée pour qu’elle profite à tous. « Les inquiétudes sont justifiées« , reconnaît J.-L. d’Asciano : les métiers  du Livre sont effectivement en difficulté. Pour autant, l’espoir est permis car le numérique peut être utilisé comme un outil par ces métiers, qui ainsi éviteraient de n’en subir que les conséquences. C’est un des sujets qui sera débattu au cours de la journée, et qui apportera des réponses à ceux qui espèrent un avenir aux métiers du livre.