À Dijon, le constat est sans équivoque. La crise sanitaire a changé le quotidien de l’ensemble des bibliothèques du réseau de la BM (bibliothèque municipale). Chacun a dû repenser ses missions, notamment auprès des usagers dont les pratiques culturelles se sont profondément modifiées. Six mois après le premier déconfinement, il est l’heure de faire le bilan sur les activités de la BM entre fréquentation, consultations et actions culturelles.

S’organiser pour maintenir une offre culturelle

Une organisation au pied levé

La crise sanitaire a eu un impact important sur les différents services publics français et leur fonctionnement. Le service public induit la présence d’un public. Mais que faire lorsque celui-ci est absent ? C’était la problématique principale des bibliothèques durant le premier confinement. Elles se sont adaptées et ont repensé leur mission d’intermédiaire culturel. Durant le confinement de mars, les bibliothèques de Dijon ont misé sur leur offre numérique avec le prêt de livres numériques. Pour garder un lien avec les Dijonnais, la BM s’est tournée vers les réseaux sociaux. Le Facebook de la BM a proposé différentes animations comme des ateliers sous forme de tutos, des recommandations ou des jeux.

Préparer la réouverture

Lors du déconfinement, la BM s’est aussi impliquée. Suivant les préconisations de la tutelle (le ministère de la Culture et la préfecture de la Côte-d’Or), la réouverture s’est déroulée en plusieurs phases. Tout d’abord, les prêts ont été prolongés pour ne pas pénaliser les usagers. Ensuite, un service de prêt et de retour a été installé. Les retours étaient placés en quarantaine tandis que les prêts se faisaient sur rendez-vous. Enfin, les bibliothèques ont pu recevoir du public. Elles ont suivi une stricte application des mesures sanitaires :

  • lavage des mains,
  • place à désinfecter,
  • port du masque obligatoire,
  • distanciation avec une place sur deux disponible,
  • quarantaine pour les retours.

La bibliothèque patrimoniale et d’étude a aussi privilégié les rendez-vous pour les documents patrimoniaux. Ce dispositif limitant la manipulation des documents et permettant une quarantaine avant et après consultation.

Baisse de la fréquentation et des consultations à la bibliothèque municipale de Dijon

Malgré les efforts des bibliothèques, le public n’est pas forcément au rendez-vous. La BM constate une baisse majeure de la fréquentation et des consultations. L’ensemble des bibliothèques a relevé une tendance : des retours importants pour peu d’emprunts. Ce constat est vraiment visible dans certains services. La consultation de documents patrimoniaux est en deçà de ses chiffres normaux, voire en chute libre. La crise sanitaire a bouleversé les pratiques culturelles des Français dont la fréquentation des bibliothèques. Dans ce contexte, il est très difficile de retrouver ses usagers.

Quelle place pour la médiation culturelle ?

Si la crise sanitaire a obligé les bibliothèques à adapter leur service public, elle a aussi influencé la médiation culturelle. Les actions culturelles ont été suspendues selon les préconisations de la tutelle (disponibles sur Biblio-Covid). Sans médiation, impossible pour les bibliothèques de réaliser leur mission de valorisation des fonds et des collections. Puis certaines actions ont repris comme des visites, des ateliers et les journées européennes du patrimoine. Sur le réseau de la BM, la médiation a tout de même été réduite au minimum selon des protocoles stricts :

  • ateliers et visites sur inscriptions,
  • mise en place de jauges (d’abord 6 personnes maximum puis 8),
  • respect des mesures sanitaires.

La BM a su s’adapter et lutter pour continuer à promouvoir la culture à Dijon. Le travail des bibliothèques a pris tout son sens à l’annonce du reconfinement. La BM était prête à accompagner ses usagers.  Ainsi l’ensemble des bibliothèques a installé un service nommé « Réservez. Emportez ». À l’heure actuelle, les enjeux principaux des bibliothèques sont de retrouver ses usagers et une vie culturelle pérenne à la suite de cette crise.

 

Copyright Camille Valentin

Camille Valentin, M2 Métiers du livre 2020/2021