S’adapter de Clara Dupont-Monod a été publié le 25 août 2021 aux éditions Stock et a remporté le prix Femina 2021. Retour sur ce récit court et poignant d’une famille bouleversée par l’arrivée d’un petit frère handicapé.

Comment S’adapter face à « l’inadapté »

La vie est paisible dans ce petit hameau des Cévennes. Les enfants y ont leurs habitudes. Les beignets à la châtaigne, les pipistrelles, les gloméris, le petit ruisseau, les montagnes s’élevant à perte de vue. Seulement, quand arrive l’enfant, la vie tout entière de la famille est bouleversée. Celui qui est décrit comme « l’inadapté » sera voué à être toujours allongé, le regard flottant dans le vide, la nuque tombante, et avec pour seul moyen de communication les sourires ou les pleurs.

Cette histoire, elle est contée par les pierres de la cour, celles qui observent tout. Celles qui observent l’aîné, lui qui va construire une relation si fusionnelle avec l’enfant qu’il va se perdre, mais qui observent aussi la cadette qui ne cessera de rejeter l’enfant par peur, dégoût et colère envers son handicap, puis le petit dernier, celui qui devra réparer le vide laissé par la perte de l’enfant.

Trois points de vue différents face au handicap

Les pierres de la cour, conteuses d’histoire

L’originalité de ce texte est la narration, laissée entre les mains des pierres de la cour. Ce sont elles qui racontent les trajectoires de vies des trois frères et sœurs. Elles y mêlent la poésie et la beauté des lieux sans jamais émettre de jugement. Dès les premières pages, les émotions et le thème du handicap m’ont vite submergé, preuve que ce récit ne laisse pas indemne. Néanmoins, même si cette lecture aura été, par moment, déchirante, elle aura été tout autant émouvante et éblouissante.

La puissance de la Nature cévenole

Les décors sont dépeints avec précision. Plus l’on avance dans la lecture, plus l’on a l’impression d’être spectateur de l’histoire comme le sont les pierres. La présence de la Nature, des différents décors propres aux Cévennes apportent beaucoup de légèreté et de douceur au récit. Ces éléments marquent une parenthèse face au débordement d’émotions que ressent la famille. La dualité de la Nature est symbolique. Le chant des oiseaux et le murmure du ruisseau contrastent avec les torrents et les vents dévastateurs des Cévennes. Une parenthèse heureuse face à la puissance et à la dureté de la Nature.

Un récit en toute intimité, loin du pathos

Le tragique et la douleur ne sont pas les composants principaux de S’adapter. A travers ce récit autobiographique, Clara Dupont-Monod partage, avec subtilité et délicatesse, une écriture sincère et intime symbolique de la puissance des liens fraternels. Aucune fioriture ne vient parasiter le récit, Clara Dupont-Monod partage des émotions fortes dans une écriture simple et riche en détails. La famille et les liens qui l’unissent sont véritablement au centre de S’adapter. Une famille confrontée au handicap, à la perte d’un être cher, puis devant retrouver la lumière parmi l’obscurité, et son chemin jusqu’à la résilience.

Hoffman Laurie