La fleur qui pousse à l’intérieur : une librairie indépendante au cœur de la cité des Ducs

//La fleur qui pousse à l’intérieur : une librairie indépendante au cœur de la cité des Ducs
  • Master 2 Métiers du livre - Université de Bourgogne - La Fleur qui pousse de l'intérieur, librairie à Dijon

La fleur qui pousse à l’intérieur : une librairie indépendante au cœur de la cité des Ducs

La nouvelle librairie dijonnaise, poétiquement nommée La Fleur qui pousse à l’intérieur, a ouvert ses portes le 18 octobre, place des Cordeliers. Depuis, elle a attiré une clientèle variée et curieuse, grâce notamment aux événements organisés sur sa page Facebook. Quelques jours à peine après leur installation, les deux jeunes libraires, Clémence et Julien, nous ont parlé avec enthousiasme de leurs débuts, ainsi que de leur présence sur les réseaux sociaux.

La librairie indépendante fait sa com’ sur les réseaux sociaux

La librairie La fleur qui pousse à l’intérieur est une nouvelle venue dans le paysage culturel dijonnais. Créée par deux jeunes libraires, Clémence Roquefort et Julien Tardif, formés aux métiers du livre à Paris, elle s’est installée au cœur de Dijon sur la Place des Cordeliers, devenue récemment piétonne. La Fleur qui pousse offre un cadre convivial, agrémenté d’un salon de thé où l’on peut découvrir une grande variété de thés, ainsi que des gâteaux faits maison à prix libre.

Le choix de s’installer à Dijon s’est produit après avoir visité la ville en décembre 2015, et grâce à la recommandation de libraires mâconnais. Mais avant de s’implanter, Clémence et Julien ont choisi de mener leur enquête de marché via le réseau social Twitter.

Une étude de marché via Twitter

En effet, leur étude de marché a été réalisée en partie via le réseau social Twitter, sur lequel ils ont diffusé un questionnaire qui, selon leurs dires, a « très bien tourné ». Il a d’ailleurs reçu plus de 400 réponses, la plupart très encourageantes. Le questionnaire s’interrogeait sur la réception d’une librairie-salon de thé, la façon dont ce concept serait perçu et compris par le public, et son audience possible auprès du public dijonnais. Car Dijon, ville universitaire et cultivée, ne disposait pas encore de ce type d’offre, puisque La Fleur qui pousse se distingue à la fois de la librairie Grangier, qui a son espace bar, et de La Causerie des Mondes, un salon de thé-restaurant où la lecture de livres est possible mais qui n’est pas une librairie à part entière.

Cette enquête en ligne a été complétée par le recueil de données socio-démographiques et d’informations sur les habitudes de lecture et les pratiques culturelles au sein de la Cité des Ducs. Tout cela a convaincu les deux jeunes libraires de s’y installer. Depuis, ils ont de leur propre aveu laissé « s’essouffler » quelque peu leur usage du réseau Twitter, qui reste néanmoins l’une de leurs vitrines sociales, notamment parmi les acteurs culturels et politiques.

La vie de la librairie sur le réseau social Facebook

Aujourd’hui, Facebook est devenu leur principal outil de promotion. Ainsi qu’ils nous l’ont confié, lors de notre entrevue fin octobre, ils ont pris soin de ne créer la page Facebook qu’une fois le local acquis, à la mi juillet. Ils ont alors commencé à mettre en ligne les nouvelles concernant l’avancée des travaux puis l’inauguration, qui a eu lieu le 15 octobre. Dès la mi octobre, à l’ouverture, la page de la librairie accueillait près de 700 fans, et ils sont plus de 900 à ce jour. Comme espéré, les lecteurs curieux et flâneurs sont au rendez-vous, et beaucoup reviennent à de multiples reprises.

Sur la page Facebook de La Fleur qui pousse, on trouve aujourd’hui toutes les nouvelles concernant la vie de la librairie, comme en témoignent ces quelques photos : l’arrivée des calendriers de l’avent, la première dédicace organisée le 12 novembre, ou bien l’ouverture exceptionnelle le dimanche 27 novembre pour une dégustation de quelques uns de leurs meilleurs thés, accompagnée de petits gâteaux, et tout cela gratuitement. La librairie étant également ouverte, avec plusieurs livres sur le thé mis en évidence, pour le plus grand bonheur des amateurs et des curieux, venus se réchauffer en cet après-midi hivernal. Le succès de cet événement a même dépassé leur espérance puisque le nombre de visiteurs était amplement supérieur à celui des inscrits en ligne.

Des initiatives prometteuses en ligne

Si le succès ne se dément pas, ils envisagent de créer leur « box » (boîte) en ligne, un peu à l’image de l’entreprise Kube, un site où les lecteurs écrivent leurs appréciations sur les livres qui leur plaisent et reçoivent en échange un livre papier, choisi par un libraire indépendant; Kube les a d’ailleurs contactés et ils envisageaient, fin octobre, de s’associer à leur réseau.

Mais créer leur propre box est aussi une éventualité envisagée. Il s’agirait de proposer une boîte par mois, autour d’une thématique choisie par les libraires, et le lecteur gagnant, grâce à ses critiques ou commentaires, recevrait un livre, complété par du thé, un carnet ou un stylo. L’objectif est de proposer de petits cadeaux plutôt que des cartes de fidélité ou des remises au client. L’idée mûrira sans doute à l’avenir.

Enfin, Clémence et Julien souhaitent devenir membres de la page leslibraires.fr afin de se mettre en lien avec d’autres librairies ; cela permet aux lecteurs de connaître les livres en stock et de pouvoir situer l’emplacement d’un livre spécifique, afin de se le procurer plus rapidement. Un argument de plus en faveur de la librairie indépendante, devant la concurrence des sites de vente en ligne.

L’usage des réseaux sociaux est donc un atout que les deux jeunes libraires savent exploiter. Cependant, à ce jour, ils n’envisagent pas la création d’un site en ligne pour la librairie, coûteux en termes de temps et d’argent, et préfèrent rester disponibles pour le conseil aux clients en librairie.

En revanche, la librairie La fleur qui pousse a bénéficié d’une promotion favorable, en particulier sur Livres Hebdo, la revue professionnelle des métiers du livre, mais aussi sur divers sites dijonnais comme J’aime Dijon et le Bien Public, ou bien « onlalu », le site de critiques et d’informations littéraires, parmi d’autres. Ces débuts prometteurs augurent d’un bel avenir pour La fleur qui pousse à l’intérieur.

Julie Massal – Master 2 Métiers du livre 2016-2017

2017-11-24T14:44:25+00:00