Les Doigts Qui Rêvent de numérique

///Les Doigts Qui Rêvent de numérique
  • Les Doigts Qui Rêvent - maison d'édition de livres interactifs pour enfants déficients visuels

Les Doigts Qui Rêvent de numérique

Du bout des doigts, les enfants déficients visuels sont transportés dans un voyage sensoriel. C’est l’ambition des éditions Les Doigts Qui Rêvent (LDQR) qui s’initient au numérique pour créer des albums interactifs. Cette maison d’édition perçoit le numérique comme un allié, et non comme un rival. Souvent vu comme une menace, il peut aussi permettre de nouvelles possibilités. Viviana Diaz, coordinatrice générale des éditions LDQR, nous accompagne durant ce voyage au pays du numérique.

Les Doigts Qui Rêvent, notre point de départ !

 

 

Les Doigts Qui Rêvent est une maison d’édition qui possède le statut d’association à but non-lucratif. Elle produit des albums tactiles pour un public déficient visuel. Elle propose une expérience de la lecture différente qui passe par les sens. Leurs livres sont des outils de sensibilisation à destination de jeunes enfants afin de leur permettre une expérience de la lecture multi-sensorielle. LDQR a pour objectif de créer des images et des livres pour ce type de public qui est marginalisé par l’édition jeunesse. Cette association pointe du doigt le manque de livres adaptés pour un public handicapé dans les catalogues éditoriaux. Il est important de sensibiliser les parents, les enseignants et les professionnels du livre sur ce manque, et d’encourager l’édition adaptée afin de rendre le livre accessible à tous. In fine, leurs démarches devront permettre l’intégration des enfants handicapés dans la pratique de la lecture et les activités scolaires de manière plus générale.

Direction vers l’édition numérique

Viviana Diaz nous a parlé du numérique et de ses effets au sein de leur maison d’édition. Les éditions Les Doigts Qui Rêvent se laissent charmer par la richesse de possibilités que propose le numérique. Le numérique donne la possibilité d’avoir un contenu audio qui permet de répondre aux attentes du public déficient visuel. Leur concurrence directe, c’est le livre audio. Ce dernier propose une expérience basée sur le son alors que les livres tactiles des éditions LDQR sont multi-sensoriels. Pour LDQR, le numérique est un complément du livre physique en papier ou en tissu. Le complément numérique ne s’utilise pas seul car il est limité aux sons et aux images et ne permet pas d’avoir un jeu avec les matières et les textures différentes. Cette alliance entre audio et visuel permet aussi de rendre les albums accessibles au public sourd ou malentendant par le biais de textes en langue des signes.

LDQR a reçu la mention spéciale Bolognaragazzi award for disability en 2016 pour le livre La Chasse à l’Ours. Ce texte de Michael Rosen et illustré par Solène Négrerie a été adapté dans une version tactile et sonore. Ce livre est accompagné d’un CD en langue des signes. Cet album intègre le numérique avec l’utilisation d’un CD qui pousse l’enfant à utiliser un ordinateur ou la télévision. Ce support numérique reste un complément du livre tactile.

Le numérique est aussi pour cette maison d’édition un moyen d’élargir son public en rendant accessible ses contenus en d’autres langues. Cela permet ainsi la diffusion à l’international. Le numérique et la tablette permettent aussi de rendre le contenu accessible aux personnes qui n’ont aucun handicap.

Prochaine destination : « Tib on Tab »

LDQR élabore un nouveau projet, intitulé « Tib on Tab », qui se base sur une complémentarité du livre et de la tablette numérique. La tablette serait alors un complément du livre tactile. Il est important pour eux que cela reste un complément car la tablette ne permet pas la même expérience du toucher que le livre tactile. Néanmoins, la tablette permet d’apporter de l’audio et des vidéos en langue des signes.

Un double constat à l’origine du projet

Un constat est à l’origine de ce projet : la multiplication de personnes malvoyantes et un réel manque de livres pour ce public. La maison d’édition désire aussi rendre accessibles ses livres aux personnes sourdes ou malentendantes. Il est important pour LDQR de rendre ses livres paramétrables et adaptables en fonction du handicap de l’enfant. Le numérique offre la possibilité de rendre plus accessible l’expérience de la lecture à ce public atteint d’un handicap. Des nouveaux prototypes de tablettes ont aussi inspiré ce projet, ce sont des tablettes qui donnent des sensations tactiles différentes grâce à un système de vibration.

Une application avec un contenu diversifié et adaptable

Ce projet consiste à créer une application qui permettrait d’avoir accès à un contenu complémentaire aux livres tactiles et proposerait aussi un contenu adaptable en fonction du handicap. L’application fournirait un contenu sonore et visuel, comme par exemple des ambiances sonores, ou des vidéos en langue des signes. Les éditions LDQR se sont inspiré d’applications déjà présentes sur le marché. Selon Viviana Diaz, ce qui est intéressant dans ce projet c’est de proposer aux enfants une expérience de la réalité virtuelle à travers des supports numériques et des applications. La tablette est aussi un outil qui permet à l’enfant d’avoir un retour, ce qui est constructif pour lui. Par exemple, l’enfant peut s’enregistrer et s’écouter.

Des ateliers participatifs pour enfants

Pour ce projet, une phase préparatoire a été mise en place avec des ateliers participatifs avec des enfants, pour savoir ce que c’est que d’aller dans la boue, dans l’eau, etc. Le but étant de retranscrire ces expériences en sensations tactiles et sonores, afin d’amener les enfants à avoir une expérience multi-sensorielle et de prendre conscience de la notion d’espace. En ce qui concerne la réalisation de ce projet, LDQR fait appel à des professionnels extérieurs qui gèrent la programmation de l’application. La maison d’édition a aussi fait appel à une structure partenaire pour l’élaboration du CD qui accompagnait La Chasse à l’Ours.

Internet, un eldorado pour la visibilité

Pour Les Doigts Qui Rêvent, internet est un outil de communication qui permet une bonne visibilité. Leur premier outil c’est leur site internet, mais l’application qu’ils envisagent de créer va devenir un nouvel outil de médiation. L’application sera peut-être diffusée sur l’Appstore et le Playstore. Cela leur donnera une visibilité intéressante puisque ces grandes plateformes de téléchargement d’applications mobiles et tablettes leur permettront d’être visibles de manière internationale. Elle permettra également de faire connaitre le concept et la maison d’édition. LDQR espère que cette visibilité permettra d’inspirer d’autres infrastructures éditoriales ou d’autres médias afin qu’ils proposent eux aussi un contenu pour un public déficient visuel ou auditif. Cependant, la maison d’édition envisage de développer un système de distribution privé pour diffuser son application, car les grosses plateformes de distribution se font une marge importante sur chaque vente.

Le numérique représente un énorme changement. Pour Viviana Diaz, le numérique est une opportunité de créer et de mettre en place de nouveaux projets pour le public malvoyant et non-voyant, mais il permet désormais d’intégrer de nouveaux publics en rendant le livre adaptable au lecteur. Selon elle, il est nécessaire de suivre cette nouvelle dynamique du numérique et de faire une expérience différente de la lecture. Il faut voir tous les formats que peut prendre le livre afin d’avoir une idée de ce que c’est et ce qu’il peut apporter aux lecteurs. Les frontières entre le numérique et le livre physique ne sont pas imperméables. Les Doigts Qui Rêvent envisagent une collaboration entre ces deux pôles.

Alexandra Tavares-Jacinto – Master 2 Métiers du livre 2017-2018

2018-08-28T10:55:38+00:0028/08/2018|Edition, Edition numérique|